SATEC

Origines et création

En 1997, Helvetas Cameroon, une organisation suisse, réalisa que les montagnes de Bamenda possédaient l’un des derniers réservoirs d’eau montagnard de toute l’Afrique de l’Ouest, ainsi qu’une biodiversité endémique significative (plantes, reptiles, oiseaux, mammifères). Dès lors, tous les villages entourant ces montagnes ont été contacté afin de former des jeunes sur l’écologie et la gestion de l’environnement. Ce programme abordait les domaines de la gestion de forêt, de la protection des ressources d’eau, de la création de projets, de l’amélioration des systèmes d’élevage, de la gestion de bureau, de l’amélioration de pâturages, et de l’enseignement d’activités alternatives telles que l’apiculture, le jardinage, l’élevage de poules, la culture de champignons, et la création de nurseries d’arbres. A la fin de ce programme (2001), Helvetas assista sur la création d’ONG communautaires locales dans plusieurs villages. Ainsi SATEC vit le jour.

 

Projets et activités

Depuis la création de cette ONG, nous avons gardez en tête le fait qu’aucune connaissance n’est jamais perdu. Nous avons immédiatement commencé à chercher des partenaires aussi bien locaux qu’internationaux à travers les médias. La même année, nous sommes entré en contact avec une équipe scientifique tchèque des universités Sud Bohème et Charles. Cette équipe étant en pleine expédition non loin de notre village (à Santa), nous avons invité les membres à Kedjom-Keku. Notre première fructueuse collaboration naquit. Depuis, d’autres universités (tchèques et polonaises) nous assistèrent, principalement dans le domaine des études d’oiseaux, de plantes et d’insectes. En 2008, Martin Mikes, alors étudiant en Master à l’Université Charles de Prague, tomba sous le charme de la forêt de Kedjom-Keku et promit de revenir nous aider. Cela s’est concrétisé en 2012 par l’intermédiaire d’une ONG tchèque baptisée « Kedjom-Keku ». SATEC et Kedjom-Keku travaillent désormais main dans la main.

 

Réalisations

  • Notre expertise nous permet de prendre part à une large palette d’activités, dans plusieurs domaines.

  • Nous avons eu l’opportunité de donner des présentations de nos activités et programmes dans des universités européennes.

  • « The Man who Plants Trees » sera présenté au festival du film environnemental 2016.

  • Nous avons reçu le prix 2013 Mezam Division for best forest parliamentary.

  • En collaboration avec John De Marco et ses sœurs, ainsi que la commune de Tubah, nous avons offert des bourses aux 16 meilleurs étudiants de la commune de Tubah (90 000FCFA/étudiant) pendant cinq années.

  • Grâce à nos généreux donneurs, nous avons équipés le laboratoire scientifique de GHS Kedjom-Keku.

  • Nous avons entraîné des villageois aux techniques d’apiculture, d’amélioration des pâturages, de la culture de champignons, de jardinage, de protection de ressources d’eau, etc. et nous les avons équipés.

 

Conclusion

SATEC poursuit ses activités au cœur des montagnes de Bamenda (et plus particulièrement à Tubah). Nous voulons souligner que les ambassades camerounaises d’Allemagne, d’Autriche et d’Angleterre ont été d’une très grande aide dans l’acquisition des visas de nos collaborateurs.

Tous nos buts sont progressivement atteints, et ce même si nous manquons parfois cruellement de moyens, comme l’attestent les difficultés rencontrées par l’enregistrement de l’école créée par l’ONG Kedjom-Keku. Mais nous comptons sur le soutien sans faille de l’administration et de nos généreux contributeurs.